Intolérance au lactose

Intolérance au lactose, intolérance au lait et aux produits laitiers : une maladie très répandue

La plupart des personnes allergiques aux pollens, aux composites et fortement exposées aux symptômes des intolérances alimentaires souffrent d’une maladie plus intime et souvent mal diagnostiquée : l’intolérance au lait. Contrairement à l’intolérance au lactose, l’intolérance au lait et aux produits laitiers est un système d’interférence alimentaire beaucoup plus vaste et généralisé, mais aussi plus profond et cliniquement plus complexe dans sa résolution.

Elle se distingue car il ne s’agit d’une maladie qui entre pas dans le champ des intolérances alimentaires mais d’une véritable maladie enzymatique : l’intolérance au lactose. Ce trouble abusivement appelé intolérance depuis des années ce caractérise par un un ensemble de symptômes qui peuvent se manifester chez les personnes qui sont incapables de digérer le lactose, le principal sucre contenu dans le lait, du fait d’une carence en lactase, l’enzyme qui transforme le lactose en sucre plus simple afin qu’il soit assimilée par le tractus gastro-intestinal.

Ce ne sont pas tous ceux qui ont une déficience en lactase qui développent des symptômes cliniquement pertinents, mais ceux qui en développent sont appelés « intolérants au lactose ».

L’intolérance au lactose chez les adultes est très courante. Aux États-Unis, l’une des civilisations les plus industrialisées avec le taux d’obésité le plus élevé, jusqu’à 22 % des adultes souffrent d’intolérance au lactose. Les pays du Nord de l’Europe ont la prévalence la plus faible (environ 5 %), probablement en raison de leur attention plus soutenue aux aliments et à des styles de vie plus sains.

En Europe centrale, le nombre de personnes intolérantes au lactose est d’environ 30% et en Europe du Sud, il atteint presque 70%, pour les Hispaniques et les Juifs. Il n’y a pas de différences significatives dans l’incidence chez les deux sexes. La production et l’activité de la lactase commencent à diminuer chez la plupart des gens vers l’âge de 2 ans avec une réduction progressive génétiquement programmée, mais les symptômes d’intolérance au lactose se développent rarement avant l’âge de 6 ans. C’est pourquoi il est nécessaire pour un enfant avant 6 ans de faire et de respecter un test d’intolérance alimentaire Junior tel que le BioTest des laboratoires Daphne Lab, car en éliminant ces aliments qui prédisposent aux allergènes et intolérances au lait, plusieurs symptômes et maladies dans sa vie future sont supprimés avant même leur apparition.

Symptômes d’intolérance au lactose

Les symptômes les plus courants et les plus répandus de l’intolérance au lactose, comme ceux de l’intolérance au lait, se confondent et se chevauchent souvent. Douleurs non focales et non spécifiques au niveau gastro-intestinal, crampes abdominales, météorisme, diarrhée aqueuse et acide, etc. On estime que la consommation de seulement 250 ml de lait par jour seraient suffisants pour l’apparition des symptômes d’intolérance au lactose.

Des études sur l’apparition de l’intolérance au lactose suggèrent que la thyroxine peut favoriser une diminution de la production de lactase à l’adolescence, tandis que l’hydrocortisone semble augmenter les taux de lactase.

Les traitements de modulation métabolique à l’âge de la croissance peuvent prévenir l’apparition, à l’âge adulte, de tous les symptômes ennuyeux d’une mauvaise digestion du lactose. Même chez les bébés prématurés qui présentent une carence partielle en lactase en raison d’une immaturité intestinale, la production enzymatique peut être induite par ingestion de lait ; cependant, cela n’est pas possible chez les enfants nés à terme ou les adultes car le lactase semble être une enzyme non inductible.

Chez le fœtus, l’activité de la lactase augmente à partir du 3e trimestre pour atteindre son niveau maximal à la naissance. C’est pourquoi les bébés prématurés ont des taux physiologiques de lactase inférieurs à ceux des bébés nés à terme. Chez 40 % des enfants nés à la 34ème semaine, l’activité enzymatique de lactase est significativement plus importante et meilleure.

Afin d’éviter et de prévenir l’apparition de symptômes d’intolérance au lactose, il est bon de réaliser tous les deux ans un test d’intolérance alimentaire Thema 400 et de n’éliminer que les aliments du groupe  » laitier  » pendant 60 jours, avant de les réintroduire avec un programme approprié de sevrage.

Le test Thema 400 et Thema Junior, intolérances pédiatriques, sont indiqués pour les sujets qui souffrent de symptômes d’intolérance au lactose mais qui sont négatifs au test respiratoire ou qui, bien que positifs au test lactose, ont besoin d’un protocole de sevrage et d’une alimentation adaptée à leur état lactique. Ceci afin de mieux faire face à la pathologie désagréable et invalidante de l’intolérance au lactose, de mieux vivre en société et de ne pas renoncer à tous les délices culinaires que les sujets trop souvent intolérants doivent nécessairement se priver à table en compagnie de leurs amis et parents.

Les laboratoires Daphne Lab développent également un complément alimentaire injectable pour tous ceux qui souffrent d’intolérance au lactose grâce à une technologie unique et un dosage ciblé qui assure la réintroduction d’aliments à base de lait et de produits laitiers qui étaient auparavant intouchables.

Si vous souhaitez recevoir plus d’informations sur nos méthodes de dépistage des intolérances au lait et au lactose ou demander le test, veuillez nous contacter.

 

Voir un exemple du test INTOLÉRANCE GÉNÉTIQUE AU LACTOSE

Voir BIBLIOGRAPHIE

Hai bisogno di aiuto?
Need Help?
Si prega di accettare la nostra politica sulla privacy prima di iniziare una conversazione.